Confiance en soi, santé mentale et éducation

Confiance en soi, santé mentale et éducation

12 mars 2021 0 Par Claude

Certaines études montrent un lien étroit entre la confiance en soi et une santé mentale positive (Atherton et al., 2016 ; Clark & Gakuru, 2014 ; Gloppen, David-Ferdon, & Bates, 2010 ; Skenderis, 2015 ; Stankov, 2013 ; Stankov & Lee, 2014).

La réussite des personnes ayant une grande estime de soi réside dans ces six attributs :

Une plus grande estime de soi

Plus de plaisir dans la vie et dans les activités

La liberté de ne pas douter de soi

L’absence de peur et d’anxiété, l’absence d’angoisse sociale et moins de stress

Plus d’énergie et de motivation pour agir

Des moments plus agréables pour interagir avec d’autres personnes lors de réunions sociales. Lorsque vous êtes détendu et confiant, les autres se sentiront à l’aise autour de vous.

Dans les nouvelles moins optimistes, certaines recherches ont montré qu’une confiance accrue ne conduit pas toujours à des résultats plus positifs (Brinkman, Tichelaar, van Agtmael, de Vries et Richir, 2015 ; Forsyth, Lawrence, Burnette et Baumeister, 2007).

Les journalistes des grands médias ont souligné qu’il existe également des corrélations négatives avec l’estime de soi.  Par exemple, la confiance en soi a augmenté régulièrement au cours des 50 dernières années, et avec elle, le narcissisme et les attentes irréalistes ont également augmenté (Kremer, 2013).  Peut-être existe-t-il une notion de « trop de bonnes choses », lorsque nous construisons l’estime de soi de nos enfants.

Trop de bonnes choses : les conséquences de l’éducation à l’estime de soi

La confiance en soi ou l’estime de soi est louée dans la société occidentale depuis 25 ans. Pendant cette période, on croyait qu’une image positive de soi était la clé d’une vie heureuse et réussie, ce qui a conduit à la naissance de l’ère de l’estime de soi dans l’éducation.

On apprend aux enfants de cette génération, à l’école et à la maison, à se considérer comme spéciaux, à ne se concentrer que sur leurs traits positifs et à recevoir des éloges pour leurs très faibles réalisations.

Cependant, des recherches récentes suggèrent que ces pratiques et croyances, plutôt que de protéger les gens contre la dépression, peuvent contribuer à une faible motivation et à une diminution du comportement orienté vers un objectif (Dweck, 2007).

Si le renforcement de la confiance en soi est plus efficace pour accroître le narcissisme et l’ambition que la réalisation et la réussite, que devrions-nous faire ?  Abandonnons-nous l’idée d’améliorer la confiance en soi ?

Baumeister et ses collègues ont une réponse à cette question.  Il existe certains contextes dans lesquels un renforcement de la confiance en soi peut améliorer les performances, et ces opportunités ne doivent pas être ignorées.

Ils recommandent de continuer à renforcer l’estime de soi, mais de manière plus mesurée et plus prudente (Baumeister et al., 2003). Ils encouragent les parents et les enseignants à féliciter les enfants afin d’accroître leur confiance en soi, mais uniquement en récompense d’un comportement socialement souhaitable.

Cette méthode garantit que les enfants reçoivent une certaine attention positive et ont la possibilité de développer une saine estime de soi, et elle ne risque pas de convaincre les enfants qu’ils sont excessivement compétents, qu’ils travaillent dur ou non.

Steve Baskin (2011) présente une autre mesure positive que les parents peuvent prendre : laisser leurs enfants échouer.  Récemment, les parents ont pris grand soin de protéger leurs enfants de la douleur et des problèmes et de former autour d’eux une bulle protectrice d’amour et d’estime.  Cela a souvent pour conséquence involontaire de protéger les enfants non seulement de la lutte, mais aussi de la croissance.

Mme Baskin suggère de prendre du recul en tant que parents et de laisser les enfants trouver comment gérer la déception et la douleur, une entreprise qui aboutira probablement au développement de la résilience et de la capacité d’adaptation. Si nous voulons encourager tous les enfants non seulement à se sentir au mieux de leur forme, mais aussi à faire de leur mieux, ces solutions semblent bonnes.

Dans son exposé sur le TED, le Dr Ivan Joseph (2012), ancien directeur sportif et entraîneur de football, fait le lien entre son dévouement à l’acquisition de la confiance en soi et sa réussite professionnelle ultérieure et encourage le public à suivre quelques conseils pour donner à leurs enfants une confiance en soi saine.

Les bienfaits de la peur : pratiquer le courage et renforcer la confiance en soi

La peur existe pour nous protéger du danger physique ; c’est notre instinct qui nous empêche de nous faire dévorer par un prédateur. Cependant, en l’absence de tels prédateurs et grâce à une protection conçue dans nos maisons, nos voitures et nos styles d’éducation, la peur s’est adaptée pour répondre au stress des temps modernes, qui peut déclencher des sentiments négatifs de honte, de douleur ou de peur.

Ces expériences se déroulent en arrière-plan de notre psyché, occupant la bande passante mentale et la mémoire, tout comme les applications mobiles qui fonctionnent en arrière-plan de votre téléphone en utilisant la mémoire et la batterie.

Lorsque nous restons dans notre zone de confort, protégés de ces expériences par la familiarité des activités de routine, nous vivons notre vie sans avoir conscience de notre capacité à grandir et à développer de nouvelles forces et compétences.  Moins nous avons d’occasions de commettre des erreurs et d’échouer, plus nous avons peur de ce qui pourrait arriver si nous sortions de notre zone de confort.

Cependant, lorsque nous faisons ce saut, même sans confiance en nos capacités, le courage prend le dessus. Dans le domaine du connu, la confiance fonctionne sans entrave, mais dans le domaine de la peur de l’inconnu, le courage prend le dessus.

Le courage est généralement un attribut plus noble que la confiance car il requiert une plus grande force, et une personne courageuse est généralement une personne sans limite de croissance et de succès.

Nous pouvons être reconnaissants pour la peur. Nous pouvons apprendre à l’accepter avec empressement, à comprendre son origine et à l’utiliser comme un signal pour ce qui doit être traité, un outil puissant pour désencombrer les placards mentaux. Et tout comme nous nettoyons réellement nos placards, nous pouvons faire le tri entre ce que nous voulons garder et ce qui ne nous convient plus. Et quand tout est nettoyé, nous pouvons nous sentir renouvelés et énergisés.

Mais la peur ne peut pas toujours être surmontée en croisant les doigts et en espérant que tout ira bien.

Nous, les humains, sommes des créatures étranges, nous nous attendons à ce que notre peur disparaisse en un instant, cependant, nous acceptons que nous ne puissions pas simplement prendre le violon et jouer du Vivaldi en un instant.

« Pour renforcer la confiance, il faut pratiquer la confiance »